Dyspareunie: Comment ne plus avoir mal pendant les rapports sexuels

Bien être et sexualité

Dyspareunie: Comment ne plus avoir mal pendant les rapports sexuels

Comment ne plus avoir mal pendant les rapports sexuels est une question qui revient souvent en sexologie. Beaucoup de femmes souffrent ou on souffert d’une douleur pendant un rapport. C’est ce qu’on appelle une dyspareunie. Il s’agit d’un trouble sexuel fréquent.

Contrairement au vaginisme, la pénétration du pénis dans le vagin est possible. Mais elle est douloureuse.

Toute femme a eu un peu mal en faisant au cours de sa vie sexuelle (ne serait-ce que la première fois). Mais si la dyspareunie revient à toutes ou presque les relations sexuelles il faut la soigner.

Nous allons voir dans cet article ce qu’est la dyspareunie et comment ne plus avoir mal pendant les rapports sexuels.

Qu’est-ce que la dyspareunie ?

On parle de dyspareunie quand faire l’amour avec pénétration est possible mais douloureux.

Parfois la femme a mal depuis le premier rapport sexuel. On parle alors de dyspareunie primaire.

D’autres fois une vie sexuelle sans douleur a existé. Elle a même pu être agréable. Mais un jour la pénétration du sexe du partenaire à commencé à faire mal. La douleur s’est installée et se répète à chaque acte. On parle alors de dyspareunie secondaire.

Ce problème gynécologique est différent de la vulvodynie et du vaginisme. Il n’est pas toujours facile de les distinguer.

La vulvodynie elle, est une douleur au niveau de la vulve. Souvent décrite comme une sensation de brûlure ou de pincement.

  • Déclenchée par un contact (comme le pénis du partenaire, d’où la difficulté à différencier dyspareunie et vulvodynie)
  • Ou spontanée.

Pour faire simple, la dyspareunie est une douleur ressentie pendant toute ou la majeure partie d’un rapport sexuel. Il s’agit plus d’une douleur interne (au niveau du vagin)

La vulvodynie est une douleur externe (au niveau des lèvres vaginales), déclenchée par un contact ou spontanée.

Si vos douleurs vous font plus penser à une vulvodynie, ou si vous avez un doute, je vous conseille de lire l’article qui explique plus en détail ce qu’est la vulvodynie.

Elle est également différente du vaginisme qui est l’impossibilité pour une femme d’être pénétrée. Mais le vaginisme est souvent une complication de la dyspareunie.

Pourquoi ais-je une douleur pendant le rapport sexuel ?

Il peut y avoir plusieurs raisons si vous avez mal en faisant l’amour.

Une douleur pendant les relations sexuelles peut-être liée à une  infection ou un dérèglement de la flore vaginale

En cas de mycose vaginale, de vaginite ou de MST, l’inflammation locale peut provoquer une douleur lors du coït.

Toute douleur qui dure est à considérer avec sérieux car elle peut révéler un problème de santé.

C’est pourquoi en cas de douleur intime qui se répète, vous devez consulter un médecin. Votre généraliste ou un gynécologue.

Celui vous prescrira, si besoin, un traitement adapté.

Une sécheresse vaginale peut aussi provoquer la dyspareunie

Quand vous faites l’amour des sécrétions lubrifiantes facilitent la pénétration et le va-et-vient du pénis de votre partenaire.

Pour diverses raisons, il peut y avoir un manque de lubrification naturelle et une sécheresse vaginale.

Il faut donc toujours commencer par utiliser du lubrifiant intime pour faire l’amour en cas de dyspareunie. Cela peut souvent suffire à éviter d’avoir mal pendant les rapports sexuels.

Je conseille souvent le Monasens. J’ai de bons retours avec mes patientes. Ce gel à l’avantage d’être à la fois hydratant pour les muqueuses vaginales et lubrifiant sexuel.

Sinon le mucogyne semble également être apprécié. il est lui aussi hydratant et facilite les vas et vient et l’intromission de la verge.

Un obstacle ou la proximité d’un élément sensible peut également déclencher une douleur lors des rapports.

  • Une cicatrice d’épisiotomie sensible, qui est irritée au contact de la verge.
  • Une endométriose qui fait mal car la muqueuse est sollicitée.
  • Une bride ou une cicatrice au niveau vaginal.
  • Un kyste ovarien….

Comme le confirme l’association française d’urologie, il faut d’autant plus penser à une cause spécifique comme l’endométriose, un fibrome ou une infection dans le cas d’une dyspareunie profonde (douleur au fond du vagin).

Si vous avez déjà eu une cicatrice, vous savez sans doute que la zone est au début très sensible.

Il est souvent désagréable de la toucher si la cicatrice est récente. Cela est lié au fait que la peau qui repousse contient beaucoup de petits nerfs.

Le cerveau doit apprendre à gérer les nouvelles sensations qui arrivent de cette peau neuve. Et au début il à un peu tendance à sur-réagir à chaque contact. Avec le temps, il s’habitue et la cicatrice perd de sa sensibilité.

Une cicatrice au niveau vaginal peut donc être sensible. Ce qui peut transformer un simple contact avec le pénis en douleur lors d’une relation sexuelle.

Un autre type de dyspareunie de contact peut-être lié à la présence d’une zone sensible près du vagin.

Lors des rapports, les vas et vient du pénis peuvent, au travers du vagin souple, « stimuler » cette zone sensible et faire mal.

L’endométriose ou la présence d’un kyste ovarien sont deux facteurs de douleur en faisant l’amour.

C’est pour cela et dans l’idée d’écarter toute maladie qu’il faut commencer par consulter votre gynéco si faire l’amour fait mal.

La tension des muscles du vagin et du périnée peut faire mal pendant les rapports

Que votre douleur soit liée à un problème de santé ou que le médecin n’ai pas trouvé de maladie pour l’expliquer, la dyspareunie provoque toujours des tensions musculaires vaginales et périnéales.

C’est même le cas le plus fréquent de cause de rapport douloureux. La majorité des femmes qui me consultent, à commencé par avoir un problème gynécologique « classique » (mycose, petite infection, cystite…).

Elles ont consulté leur médecin qui leur à donné un traitement médical. Mais la douleur est restée ou est revenue.

Malgré plusieurs traitements et une consultation chez le gynéco, il s’est installée une dyspareunie chronique.

Souvent le monde médical se sent démuni face à ce type de problème intime. Et les femmes sentent que leur médecin ne trouve pas de solution.  Ce qui complique la chose.

Des difficultés conjugales ou un manque de libido peuvent aussi être à l’origine d’une dyspareunie. Essayez de prendre un peu de recul et de vous interroger sur votre désir sexuel…Parfois le corps fait inconsciemment ce qu’on refuse de voir…

Pour comprendre la cause de la dyspareunie il faut savoir comment fonctionne le vagin.

Le vagin est un petit tube musculaire de 6 à 8 cm de long tapissé d’une peau sensible appelée muqueuse.

Lors de la pénétration, quand tout va bien, il se détend pour s’adapter à la taille du pénis. Les sécrétions vaginales, dues à l’excitation sexuelle, facilitent ce mécanisme.

Mais pour que tout cela se fasse bien il faut que vous soyez détendue et disponible pour votre désir sexuel et votre excitation.

Si pour une raison quelconque ce n’est pas le cas (fatigue, stress, problèmes de travail ou de famille, tension de couple…). Vous n’êtes pas dans de bonnes dispositions.

Comme vous n’êtes pas détendue, votre vagin non plus. Il va donc manquer de souplesse pour s’adapter à la verge de votre partenaire.

C’est par exemple ce qui se passe la première fois qu’une femme fait l’amour: L’appréhension de la douleur, la peur du saignement, le stress provoquent une tension musculaire et un manque de lubrification responsables des douleurs.

C’est pourquoi je conseille toujours aux jeunes femmes de prévoir du lubrifiant intime pour ne pas avoir mal la première fois.

Une image pas très « glamour » mais parlante est celle d’une chaussette. Quand vous enfilez une chaussette celle-ci, au départ toute petite, se détend pour prendre la forme de votre pied.

Dans la dyspareunie, c’est comme si vous essayez d’enfiler une chaussette trop petite.Ca force…

La muqueuse se trouve « prise en sandwich » entre les parois dures du vagin d’une part et la verge rigide d’autre part.

Cela provoque une douleur en faisant l’amour.

  • Douleur qui va vous amener à retourner voir votre médecin (peut-être que ma mycose ou mon infection est revenue ?).
  • Qui va vous redonner un traitement. Ou vous envoyer voir un gynécologue…
  • Autant dire que la fois suivante où vous faites l’amour vous risquez d’appréhender.
  • Et de ne pas être détendue.

Un cercle vicieux va se mettre en place

Peur d’avoir mal pendant les rapports ==> Tensions musculaire du vagin ==> Dyspareunie ==> Peur la fois suivante ==> Tension musculaire….

Cercle vicieux souvent renforcé par la difficulté des soignants à trouver l’origine de la douleur.

Si un gynécologue vous examine il va peut-être regarder et vous dire « vous n’avez rien ». Ce qu’il veut dire c’est « je ne vois pas de plaie, de bouton ou d’infection ».

Hors vous avez quelque chose: Vous avez mal. Parfois la patiente s’entend carrément dire « c’est dans la tête ».

Mais la maladie à l’origine du problème à sans doute disparue, soignée par les traitements.

Ce qui reste c’est une douleur pendant les rapports due à l’irritation de la muqueuse vaginale entre la verge et les muscles du vagin.

Et tant qu’on cherche un motif physique à cette douleur, on ne trouve pas.

Il s’agit d’un problème de tension musculaire du vagin et du périnée et d’un cercle vicieux de peur de la douleur.

Le danger si le problème n’est pas bien pris en charge est que peu à peu la dyspareunie évolue vers un vaginisme.

Comment ne plus avoir mal pendant les rapports sexuels ?

La première chose à faire pour ne plus avoir mal pendant les rapports est d’arrêter un moment la pénétration et de consulter un médecin.

Comme je vous l’ai dit, il faut éliminer ou traiter un problème spécifique (mycose, infection…). C’est pour cela qu’il est important de consulter.

Si malgré cela les douleurs persistent, le problème est sans doute plus lié à un cercle vicieux « peur/Tension ». C’est pour cela qu’il faut arrêter un temps le coït (mais continuer à faire l’amour sans pénétration vaginale).

Chaque fois que vous faites l’amour en ayant mal vous renforcez le réflexe de défense musculaire et le cercle vicieux d’appréhension. Vous ne pouvez pas guérir la dyspareunie comme ça.

Ensuite pour le traitement de la dyspareunie vous devez associer plusieurs techniques.

Cette méthode est assez proche de celle que j’utilise pour les femmes souffrant de vaginisme car le principe est un peu le même.

Apprendre les auto-massages du vagin et du périnée

Si vous aviez des tensions musculaires vous demanderiez peut être à votre compagnon de vous masser. Ou vous iriez voir un kiné.

Dans cette première étape, je vais vous apprendre à faire des auto-massages de la vulve et du vagin.

Il s’agit de petits massages et d’étirements très doux pour reprendre contact avec votre vulve et votre vagin, les réhabituer en douceur à être touchés et détendre les muscles.

Attention,

  • Il faut toujours utiliser un peu d’huile (calendula, coco ou huile d’amande douce) ou du lubrifiant.
  • Il ne faut jamais forcer. Vous ne devez pas avoir mal car cela renforcerait le réflexe de tension.

Ces petits exercices d’auto-massage seront, idéalement, à pratiquer pendant quelques minutes tous les deux-trois jours.

Vous pouvez en plus vous faire masser par une sage-femme ou un kiné. Mais faites bien attention de choisir un professionnel qui connait bien la douleur vaginale.

Pour soigner la dyspareunie il faut apprendre à se détendre.

Vous n’êtes pas un vagin, vous êtes une femme. Il y a une grande part psychologique dans la douleur lors des relations sexuelles (stress, manque de confiance en soi…).

La dyspareunie est en grande partie liée à la tension des muscles pelviens et du vagin.

Mais il y peu de chances que vous arriviez à détendre ces muscles si vous-même êtes tendue et stressée.

« Nous sommes dans notre lit ce que nous sommes dans notre vie »

Pour pouvoir être détendue en faisant l’amour il faut aussi l’être au quotidien.

C’est pourquoi il faut que vous appreniez des exercices de relaxation qui vont vous permettre d’être plus détendue.

Que ce soit dans votre vie de tous les jours (car les femmes qui souffrent de dyspareunie ont souvent tendance à être anxieuse et stressée) ou en faisant l’amour.

Les exercices de prise de conscience des muscles du bassin

Parce qu’il est difficile de détendre des muscles dont on a pas conscience il faut que vous pratiquiez deux types d’exercices.

  • Des exercices de prise de conscience et de contrôle du périnée et du vagin (exercices de Kegel).
  • Des exercices de prise de conscience et de détente des autres muscles (ventre, jambes…).

Il faudra, en plus des auto-massages et des exercices de relaxation, essayer de prendre quelques minutes pour vous entraîner à ces exercices.

Pour guérir la dyspareunie il faut casser le cercle vicieux de peur de la douleur pendant les rapports

Notre premier organe sexuel est notre cerveau.

Pour ne plus avoir mal en faisant l’amour il va  falloir « convaincre » le cerveau que « tout va bien ». Qu’il ne doit pas avoir peur de la douleur. « Casser » le cercle vicieux qui s’est installé.

Pour cela vous devez vous déprogrammer du mauvais comportement qui amène les douleurs et en reprogrammer un nouveau. Idéalement en faisant de l’hypnose. Seule au moyen d’enregistrements ou avec un sexologue formé à la technique.

Il va falloir reprendre confiance en vous par des petits exercices de pénétration non douloureux

Les auto-massages vous amènent à avoir des contacts plus réguliers avec votre vagin.

En faisant des exercices de pénétration non douloureux vous allez cumuler les progrès et reprendre confiance en vous.

  • En essayant de faire pénétrer un doigt,
  • Puis celui de votre partenaire,
  • Deux doigts,
  • …..

Jusqu’au moment où vous vous sentirez capable de reprendre la pénétration du pénis.

Pénétration qui comme les autres devra toujours se faire avec du lubrifiant intime et ne devra pas faire mal.

Et grâce à ces différentes solutions vous allez trouver ou retrouver le plaisir de faire l’amour.

D’autres articles pour soigner les rapports douloureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *